Mots clés


Je suis en train de me lancer dans une approfondie sur les effets du micro-onde sur les aliments. J'ai besoin de savoir si je peux ressortir le mien pour réchauffer les repas de mon fils.... Je vous tiens au courant, en attendant si vous avez des infos, je suis preneur. Tiens d'ailleurs, je vais utiliser ce post pour organiser ma pensée et mettre les infos que je trouve.


Sur http://www.consciencedupeuple.com/html/le_micro-onde.html je trouve

Il faut savoir que les aliments qui sortent du FOUR à MICRO-ONDES ne doivent pas être consommées pendant les 10 à 15 MINUTES qui suivent la sortie du four ! C'est à dire que votre aliment a eu le temps de refroidir... En effet, un aliment sortant de ce four émet des MICRO-ONDES pendant au moins 10 MINUTES ! Ces MICRO-ONDES brûlent tout sur leur passage.
...
La cuisson au Micro-Ondes entraîne une modification profonde de la disposition géographique dans l'espace de certains radicaux protéiques (passage de l'état levogyre à l'état dextrogyre, conversion de la forme trans- à la forme cis-) qui pourrait bien se révéler avec le temps hautement cancérigène ou toxique pour le Système Nerveux Central, le Foie ou le Rein.
...
Par exemple, le brocoli cuit au four à micro-ondes perd jusqu'à 97% de ses propriétés. «Nous sommes très surpris par ces résultats», a déclaré l'un des auteurs de l'étude, Francisco Tomas-Barderan.
Sur http://www.ontariotenants.ca/health/articles/2003/gm-03j17.phtml qui parle de la même étude je trouve que c'est en fait 97% de la flavonoids contenu dans le brocoli.
Of particular note in the research was the postmicrowaving disappearance of almost all, 97 per cent, of flavonoids. Flavonoids, substances often found in many brightly coloured fruits and vegetables, have been linked to a reduced risk of coronary heart disease, stroke and lung cancer.

....

Microwaving reduced other similarly desirable chemicals in broccoli by anywhere from 74 to 87 per cent.

Some of these substances have been associated with slowing the effects of aging, reducing the risk of heart disease and preventing Alzheimer's, Type 2 diabetes and some cancers. By far the most healthful results were obtained by that staple of French cooking, a simple and quick steaming.

The fact that cooking in general breaks down health-promoting chemicals is well known, but all previous studies suggested that microwaving was far from the worst offender in this regard. That was generally reserved for that staple of English cooking boiling.

However, the study being released today the Journal of the Science of Food and Agriculture, conducted by a group of Spanish government scientists in Murcia, Spain, found that boiling removed only 66 per cent of flavonoids from fresh raw broccoli, and pressure cooking leached out only 47 per cent.
....
David Jenkins, director of the Clinical Nutrition and Risk Factor Modification Centre at the Toronto's St. Michael's Hospital, said "One has to say that at this point we have no idea whether this relates simply to the problems of broccoli microwaved under these conditions and how general the result is."


 
Donc là si je comprend bien, on ne parle dans cette étude que du brocoli et le faire bouillir ne semble pas etre non plus le top.
Sur Radio Canada,  on a juste les mêmes infos en français.

Sur http://frenzy.chez.com/micro_onde.htm en mode méga tapage, attention on vous cache des choses.
" La cuisson par micro-onde modifie les substances nutritives de telle sorte que les changements se produisent également dans le sang des participants à l'étude. "


" Les conséquences mesurables chez l’homme induites par des aliments traités aux micro-ondes présentent, au contraire de ceux qui n’ont pas subi ce traitement, des modifications du sang qui semblent indiquer le stade initial d’un processus pathologique tel qu’il se présente lors du déclenchement d’un état cancéreux. "
---> essayer de rentrer en avec Hans Ulrich Hertel et  Bernard H.Blanc respectivement de l'univeristé de Zurich et Lausanne.
 

Le trimestriel Journal Franz Weber consacra une partie de son dix-neuvième numéro (janvier, février et mars 1992) aux effets de l’utilisation des fours à micro-ondes sur la humaine.

Il déclara dans son éditorial qu'il fut le premier au monde à mettre le doigt sur les dangers des fours à micro-ondes, et qui a maintenu ses accusations malgré les attaques massives de la part des promoteurs.
" Aujourd’hui, la science nous donne raison. Les fours à micro-ondes devraient être interdits. Nous ne serions pas étonnés si les chercheurs qui ont eu le courage de défendre les résultats de leurs recherches étaient attaqués à leur tour, vu que des millions, voire des milliards sont en jeu. Mais la vérité est à la longue plus durable qu’une affaire de milliards réalisée aux dépens de notre . "

 

---> Voir si ce magazine existe encore.


Le magazine nexus parle dans son numéro 2
Entre autres nouvelles pour ce numéro, un article sur un savant suisse maintenant légalement autorisé à faire connaître les dangers de la nourriture passée par le four à micro-ondes.
--> Acheter ce numéro


Sur  abc   on descend en fleche tout ce que j'ai pu lire jusque là
 

In the literature that claims that microwaved food is depleted in nutrients and/or is full of carcinogenic chemicals, two studies are continually quoted. The first is from the December 9, 1989 issue of Lancet, while the second is that of Hertel and Blanc in Switzerland.

The Lancet study, Aminoacid Isomerisation and Microwave Exposure, is not a formal peer-reviewed article, but is just a short letter to the editor. The authors microwaved milk, and found that one of the proteins changed shape from L-proline to D-proline. This was a worry because D-proline, in large concentrations, is toxic to the kidney and liver. This letter was followed-up by health authorities around the world. The overall finding was that this was not relevant to home heating of milk, because the scientists had exposed the milk to much great levels of microwaves than are used in the home.

The second study looked at levels of various chemicals and cells in the blood of volunteers who ate microwaved food. The study was published in a certain Franz Weber's magazine, modestly called Journal Franz Weber (Issue 19, January-March 1992), which is definitely not a peer-reviewed journal. If it had been, it might have noticed that there were only eight volunteers - which is such a small number, that it's impossible to get any statistically significant results. Furthermore, none of the blood analysis results fell out of the normal range of variation. Indeed, the volunteers, who all ate macrobiotic food, came to the study with a low-grade anaemia. Regardless of this, the study came to the conclusion that "… microwave ovens are more harmful than the Dachau gas chambers…" and "… it is certain that you will die from cancer …".
 

But after over half-a-century of using the microwave oven for cooking, we do have some firm scientific results.

We do know that water-soluble vitamins (such as C and the B-group) are susceptible to both heat, and to dissolving in the water. These vitamins are retained in microwaved vegetables as well as if they had been steamed, and much better than if they had been boiled.

We also know that microwaved vitamins that are insoluble in water (such as A and D) are exposed to less heat for a shorter time, and so, survive better than if boiled.

Minerals (such as sodium, potassium, etc) are mostly soluble in water, and so are better off being microwaved. Fats and carbohydrates are basically unaffected by regular heating and microwaving. Proteins suffer less oxidation in a microwave oven than in conventional cooking (lower temperatures, shorter time), and so the quality of protein is higher. Indeed, the lack of browning is proof that the heating is gentler.

 

 mmmh, ça commence à devenir intéressant....

Sur un autre site, je lis
 


LA COUR EUROPÉENNE ANNULE L'ORDRE D'INTIMER SILENCE AU SAVANT SUISSE QUI AVAIT RÉVÉLÉ LES DANGERS  DE LA NOURRITURE PASSÉE AU MICRO-ONDES

Mais en lisant on se rend compte que c'est juste au nom de la liberté d'expression (ce qui est normal) et pas du tout parce que la commission européenne donne crédit à son étude.

Sur le site autre chose on fait une liste de plein de danger. En indiquant que les russes avait interdit le micro-onde pour des raisons sanitaires. On parle aussi d'un patient qui serait mort car on avait chauffé le sang destiné à la transfusion par micro-ondes.

Une experience intéressante !

If you have ever wondered whether or not microwaved food is safe, here's an experiment you can do at home: Plant seeds in two pots. Water one pot with water that has been microwaved, the other with regular tap water. The seeds that received microwaved water won't sprout. If microwaved water can stop plants from growing, think of what microwaved food can do to your health!


La même experience ici le gars admet que ce n'est pas un double aveugle et qu'il a chauffé l' du micro onde dans un truc en plastique.


après avoir bien dormi.


Ici, un article assez complet mais je ne suis pas sur d'en tirer grand chose
un article récent du washington times


a suivre....

Sur le site de l'ifremer

Analyse

L’utilisation de fours à micro-ondes a suscité diverses controverses au cours des années passées. Cet article tente de faire le point sur les connaissances acquises à ce jour concernant les effets de ces fours sur la qualité des aliments.
Le fonctionnement des fours à micro-ondes repose sur l’émission d’ondes électromagnétiques dont l’ est absorbée par les molécules polaires en particulier l’ et les ions. L’élévation de température constatée est la conséquence de l’augmentation de l’agitation moléculaire des dipôles et des ions qui s’orientent ou se déplacent alternativement à la fréquence imposée par le champ électromagnétique.
La distribution de la chaleur et les profils de température observés dans les aliments sont assez différents de ceux obtenus par les moyens de chauffage conventionnels : Le chauffage est très rapide mais plus hétérogène et les traitements sont plus doux car les températures atteintes sont plus basses (température d’ébullition de l’) et les temps de chauffage plus courts. D’autre part, on n’observe pas de formation de croûte ce qui a pour conséquence l’absence de certains arômes formés généralement à des températures supérieurs à 120°C et l’absence de croustillance.
En ce qui concerne la valeur nutritionnelle, de nombreux travaux ont porté sur l’évaluation de la stabilité d’un certain nombre de nutriments. Il apparaît que le traitement par micro-ondes ne modifie pas plus la valeur nutritionnelle que les autres modes de cuisson.
En ce qui concerne les protéines, on observe la même dénaturation que lors de tout autre traitement à la chaleur ; il n’y a pas d’anomalie sur les processus de digestion «in vitro» ou «in vivo». Les compositions en graisses ou en acides gras ne sont pas particulièrement modifiées et les phénomènes d’oxydation se développeraient moins que dans le cas d’autres traitements conventionnels.
La perte en vitamines (A, E) ne semble pas accentuée par le chauffage par micro-ondes et dans le cas de vitamines hydrosolubles, il y aurait même globalement un effet favorable sur la préservation de celles-ci car le traitement thermique est moins sévère.
Par contre, d’un point de vue microbiologique, compte tenu de l’hétérogénéité du chauffage et de la présence de zones froides en surface ou à l’intérieur, il peut exister un risque s’il y a eu contamination préalable du produit. Il est donc recommandé de porter les aliments à une température d’au moins 72°C pendant au moins deux minutes.
Enfin l’effet des micro-ondes sur la mutagénicité des aliments traités au micro-ondes a été activement étudié. Aucune preuve de toxicité n’a pu être démontrée. Au contraire certaines études tendent à montrer que le pouvoir mutagène des viandes serait plus faible avec les traitements par micro-ondes qu’avec les modes de cuisson conventionnels.
Analyse réalisée par : Cardinal M. / IFREMER




Articles similaires